Myélopathies cervicales

, par  Christophe Nuti, François Vassal, Jacques Brunon , popularité : 10%
[English] [français]

*III-EXPLORATION FONCTIONNELLE

**1- Electromyogramme (EMG)

Il met en évidence des signes de souffrance neurogène périphérique au niveau des membres supérieurs, non spécifiques de l’étiologie, plus de type atteinte radiculaire que de type « corne antérieure » de topographie relativement diffuse. Les perturbations électro-physiologiques atteignent plusieurs racines et /ou métamères et sont souvent plus étendus que ne le suggère l’examen clinique. Il peut parfois mettre en évidence des fibrillations le plus souvent sans traduction clinique. L’EMG est utile au diagnostic différentiel avec la sclérose latérale amyotrophique. Il peut être normal en cas d’atteinte radiculaire modérée ou purement sensitive. La probabilité d’observer une anomalie à l’EMG est extrêmement faible en cas d’absence d’atteinte motrice clinique (61).
Cette exploration n’est pas justifiée en cas de radiculopathie bien définie avec une bonne corrélation clinico-radiologique.

**2- Potentiels évoqués

Les potentiels évoqués somesthésiques (PES) des membres inférieurs sont perturbés chez la totalité des patients atteints de myélopathie cervicale et plus inconstante pour les membres supérieurs. Cette perturbation n’est pas spécifique et ne permet pas le plus souvent de préciser les sièges de l’atteinte médullaire. Ils sont très utiles pour le diagnostic différentiel avec une SLA débutante.
L’étude des voies pyramidales par l’enregistrement des potentiels évoqués moteurs (PEM) peut mettre en évidence une atteinte infra-clinique et permet de préciser le niveau lésionnel selon le site d’enregistrement de la réponse : C2/C3 pour le trapèze, C5 pour le deltoïde, C6 pour le biceps, C7 pour le radial, C8/D1 pour l’adducteur du 5e doigt.
L’enregistrement des potentiels évoqués est utile à la fois au diagnostic et au pronostic (51) et devrait être plus systématiquement réalisé.
Les PEM du membre supérieur sont les plus sensibles pour faire le diagnostic. La perturbation des PES du nerf médian et du nerf tibial postérieur est proportionnelle à la sévérité de la maladie, la normalité des PES du nerf médian est corrélée à un bon pronostic post-opératoire.
Dans le cas d’atteintes cervicales dégénératives responsables d’une compression médullaire anatomique mais sans signe clinique net. L’existence de signes électromyographiques de lésion de la corne antérieure, d’anomalies des PES, des PEM et d’une radiculopathie cervicale symptomatique est corrélée avec l’apparition d’une myélopathie (5, 17).