Gliomes diffus de bas grade

, par  Hugues DUFFAU , popularité : 31%
[English] [français]

VII - CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES

La meilleure connaissance de l’histoire spontanée des GDBG (croissance, infiltration et dégénérescence inéluctables), associée à une minimisation des risques de chacun des traitements, a transformé l’attitude abstentionniste « classique » en une attitude résolument thérapeutique. Le but est dorénavant de tendre vers l’élaboration de stratégies dynamiques et adaptées à chaque patient, à savoir de déterminer l’ordre et le moment de chacun des traitements (1ère voire multiples exérèses chirurgicales maximalistes effectuées selon des limites fonctionnelles cortico-sous-corticales, 1ère voire multiples lignes de chimiothérapie, radiothérapie) en fonction de l’évolution tumorale (mesurée sur les IRM régulières de contrôle), de l’état clinique et neuropsychologique ainsi que de l’anatomie fonctionnelle cérébrale individuelle (étudiée par les méthodes de cartographie, et susceptible de se réorganiser grâce aux mécanismes de neuroplasticité), afin d’éviter la transformation maligne le plus longtemps possible tout en préservant la qualité de vie. Seule une approche pluridisciplinaire voire en réseaux pluri-centriques dans le cadre de cette maladie cérébrale chronique permet de donner un avenir réel aux patients porteurs de GDBG, avec la possibilité de concevoir des projets à long-terme tant sur le plan socioprofessionnel que familial - notamment de désir de grossesse. La prochaine étape serait celle d’un dépistage précoce dans le but de proposer un traitement préventif (49).